SÉPARATION APRÈS TRENTE ANS DE VIE COMMUNE

Auteur  
# 27/01/2009 à 04:15 Mélysange admin.
SE SÉPARER APRÈS TRENTE ANS DE VIE COMMUNEPar Jacqueline Simoneau


Se retrouver seule après avoir vécu en couple pendant 20, 30 ou même 40 ans, c'est tout un choc! Comme si cela ne suffisait pas, il faut aussi s'occuper du partage des biens accumulés avec le temps. Petite revue des moyens à prendre pour traverser cette période sans trop de turbulences.

Janette a 57 ans. Il y a quelques mois, après 34 ans de mariage, elle décidait de se séparer de son conjoint. «Pour moi, le mariage, c'était pour toujours, dit-elle. Mais après quelques années de vie commune, je constatais déjà que notre relation n'allait nulle part. Mon mari était du genre pantouflard. Son journal et sa télé suffisaient à le rendre heureux. Pas moi. Quand le plus jeune est parti, il y avait déjà longtemps qu'on n'avait plus rien à se dire. Je n'étais plus que sa bonne à tout faire. Un bon matin, je me suis demandé si j'avais envie de vivre les dernières années de ma vie en sa
compagnie. La réponse a été non. Alors, même si j'avais de l'appréhension, j'ai choisi de mettre fin à cette relation.»


Non, ça n'arrive pas qu'aux autres. Au Québec, près de 50 % des couples mariés se séparent dans les 30 premières années de leur union. Il en va sans doute de même pour les couples en union de fait. Mais, nouvelle réalité, les 50 ans et plus sont de plus en plus nombreux à se séparer après plusieurs années de vie commune. Dans son livre intitulé Tout est toujours possible - l'histoire savoureuse de deux femmes qui, à l'aube de la soixantaine, décident de quitter leur conjoint -, Françoise Dorin rappelle cette statistique troublante : le nombre de couples de 50 ans et plus qui se séparent a augmenté de 52 % en quatre ans. Ce qui n'étonne guère la psychologue et
médiatrice familiale Louise Handfield-Champagne. «Le divorce est à la hausse dans toutes les sociétés occidentales, dit-elle. Il est donc naturel qu'il le soit également dans tous les groupes d'âge.» Signe des temps donc, le divorce fait de moins en moins de vagues.

Il reste que si les ruptures sont devenues banales, elles ne laissent personne indifférent. On réagit encore avec étonnement quand on apprend qu'une telle a demandé le divorce malgré ses 60 ou même ses 70 ans bien sonnés. Marielle, quant à elle, avait 64 ans quand elle a décidé de quitter son mari. «Mes enfants croyaient que j'étais devenue folle, dit-elle. Pendant des années, j'avais fermé les yeux sur les infidélités de mon mari. Mais je conservais une rancoeur qui m'étouffait. Pour me libérer et retrouver ma dignité, il fallait que je passe à l'action. Ç'a été très difficile. Mais je ne regrette rien, si ce n'est de ne pas avoir réagi plus tôt.»

Émotions vives
Qu'importe l'âge, rupture rime souvent avec déchirure. La crise n'est jamais facile à traverser, qu'on soit l'initiatrice de la rupture ou celle qui est laissée. On ne balaie pas des années de vie commune du revers de la main. Avant de passer à une nouvelle étape, il faut rompre avec le passé. Mais pour y arriver, il faut se donner le droit et le temps de vivre sa souffrance.

«Chaque histoire est unique, rappelle Louise Handfield-Champagne. Mais se séparer après une longue relation, c'est particulier. Les partenaires ont souvent passé plus de temps ensemble qu'avec leurs propres parents! Ils ont eu des enfants qu'ils ont menés à l'âge adulte, ils ont bâti et réussi des projets de vie, ils ont planifié une retraite à deux, etc. Ils pensaient pouvoir enfin se reposer et profiter de la vie, mais arrive la rupture. Chacun doit repartir de zéro. Et envisager de franchir la dernière étape de sa vie sans un conjoint à ses côtés.»


Pour toutes ces raisons, le deuil des couples au long passé dure souvent plus longtemps que celui des plus jeunes. Ce n'est pourtant pas le moment de tomber dans des pièges dont il peut être très
difficile de se sortir. «Il y a certaines choses à éviter si l'on veut vivre ce moment sans plus de mal que nécessaire, signale Louise Handfield-Champagne. Ce n'est pas une bonne idée, par exemple, d'anesthésier sa peine avec des antidépresseurs, des anxiolytiques ou des somnifères. Mieux vaut essayer de la surmonter sans béquilles. Car on traversera cette période difficile beaucoup plus rapidement si on prend le temps d'évacuer ses émotions, dont la tristesse et la colère. Puis on sera en meilleure situation pour affronter les négociations avec l'ex-conjoint. Enfin, c'est le temps plus que jamais de mettre en pratique de bonnes habitudes de vie : saine alimentation, activités physiques quotidiennes, exercices de détente, etc.»

La présence chaleureuse des amis est aussi très importante. On évite ainsi de s'isoler et de ressasser jour après jour sa peine et son ressentiment. Il faut vivre son chagrin, mais il ne s'agit pas de décrocher de la vie. Car si la séparation est un moment douloureux à passer, elle ne condamne pas pour autant au malheur. Il reste encore de belles années pour celles qui acceptent de tourner la page. Le bonheur existe, seul ou avec quelqu'un d'autre.

«J'avais 56 ans quand mon conjoint m'a quittée pour une autre après 34 années de vie commune, raconte Louise. J'étais désemparée. Je ne voulais plus voir personne. Mais ma soeur ne m'a pas lâchée. Elle m'obligeait à sortir. Grâce à son entêtement, je suis revenue à la vie. Et à mon grand étonnement, j'ai découvert que je pouvais vivre très bien sans cet homme. J'étais désormais soulagée des tensions et des conflits quotidiens qui me blessaient et
m'épuisaient. Si bien que lorsque mon ex a voulu revenir, je lui ai dit que c'était bel et bien fini entre nous. J'étais vraiment fière de moi.»

Rollande, pour sa part, une autre âme soeur. «J'étais au début de la soixantaine quand je me suis séparée, dit-elle, et j'étais convaincue que j'allais finir mes jours seule. Trois ans plus tard, j'ai rencontré Paul à une réunion de la société d'horticulture. Depuis, on ne se quitte plus. Je me sens rajeunir. Au fond, il faut s'enlever de la tête que rupture égale échec. C'est une étape. Pas une fin en soi.»

Par contre, si on s'enlise dans une mélancolie sans fin, on a tout intérêt à consulter un thérapeute.

Et les enfants? Quand on se sépare après 20 ou 30 ans de vie commune, les enfants sont grands. Ils vivent souvent eux-mêmes en couple. Mais leur situation ne les rend pas moins vulnérables.
«Étonnamment, les effets de la séparation sont généralement plus importants chez les enfants adultes que chez les jeunes, dit Louise Handfield-Champagne. Il faut se rappeler que ces grands enfants ont 25 ou 30 ans de souvenirs familiaux. Avec la séparation des parents, c'est l'image de la famille idéale qui disparaît. Leur vie personnelle et aussi leur vie de couple sont remises en question. Car chaque fois qu'un couple se sépare, cela nous renvoie à nous-mêmes, et plus encore quand il s'agit de nos parents. C'est pourquoi il ne faut surtout pas négliger le désarroi de ces grands enfants.»

Enfin, il faut discuter des relations parents-enfants après la séparation. Qu'on pense seulement aux anniversaires des petits-enfants auxquels les grands-parents ne manqueront pas d'être conviés. Il est important de clarifier rapidement ces questions avec les enfants pour ne pas les mettre dans l'embarras.
Source: Magazine Madame



--------------------------------------------------------------------------------


Le partage de vos réflexions ou commentaires est toujours appréciés.

Mélysange anim.


# 21/07/2010 à 14:04 Lou
Bonjour!
Je ne sais pas comment je n'ai pas vu cet article plus tôt.Je suis en plein dedans, séparation en cours après 20ans de vie commune, mais des années de "solitude" dans ce couple....Il arrive un moment où le statu quo n'est plus tenable, il faut avancer et recommencer à vivre parce que rester c'est être comme enterrée vivante. Les exemples-témoignages me redonnent confiance, la vie n'est pas finie pour autant, un autre bonheur nous attend quand ce pas sera franchi; c'est un mauvais moment à passer mais vers un plus de vie...Alors je m'accroche à ces pensées et je tiens...Mais j'ai besoin de ma béquille-anxiolitique, sinon je serai trop mal,à pleurer sans arrèt et quand on a des enfants à la maison on ne peut pas se laisser aller comme ça, pour eux. J'aimerais pourtant laisser couler tout ce qui doit couler, ne rien retenir pour alléger mon fardeau et avancer plus facilement.
Merci en tout cas pour cet article qui m'a fait du bien...
Amitié
# 01/08/2010 à 07:36 Mélys
Bonjour Lou,

Je suis chaque fois heureuse de savoir qu'un article que j'ai déposée sur le site, aide une personne dans son cheminement.

Un divorce après plusieurs années de mariage est une épreuve très douloureuse, et je sympathise de tout coeur avec toi, pour moi-même avoir passé par ce bout de chemin difficile. Mais tu y connaîtras également de grands bonheurs, suite à des prises de conscience des plus précieuses. Ta peine va s'amenuiser au jour le jour, mais les prises de conscience elles, vont t'aider toute ta vie durant.

Aujourd'hui ça fait 14 ans que cette relation s'est terminée. Je suis à nouveau en couple depuis près de cinq ans maintenant, heureuse, libre, choyée, vivant une relation enrichissante, agréable, satisfaisante, dans un lien d'amour plus fort de jour en jour.

Prend le temps de vivre ton deuil, prend le temps de mieux te connaître, prend le temps d'expérimenter une saine solitude, et tu n'en seras que plus forte pour renouer un jour avec la vie de couple. C'est ce que j'ai fait, et je me remercie souvent d'avoir vécue cette parenthèse en célibataire, car aujourd'hui la paix et l'amour mature habitent mon coeur.

Mélys
# 10/03/2011 à 21:32 val
J'ai besoin d'aide il vient de me quitter apres une longue relation, je me sens sombrer et je ne sais plus quoi faire !!! :,(
# 24/03/2011 à 03:16 Coli
Bonjour Val!

Comment va-tu en ce moment? La fin d'une longue relation est toujours très difficile mais de grâce, ne te laisse pas sombrer! Est-ce que tu as des enfants... une famille ou des amies pour t'aider à passer au travers de ce temps plus difficile?

Il y a plusieurs bons articles dans ce forum que tu pourrais peut-être lire afin de t'aider à passer ce cap. Il y a les expériences de vie de certaines personnes qui participent à ce forum et qui, tout comme toi, ont eu à vivre une séparation après plusieurs années de vie de couple et qui, comme toi, ont trouvé cela extrèmement pénible.

Je te souhaite bon courage et ne lâche pas, malgré ta peine.

Amitiés, Coli

# 24/03/2011 à 15:37 Val
Merci beaucoup ! Non je n'ai pas d'enfants, mais j'ai une amie et un pere qui sont la pour moi. Pour moi chaque journée est un combat et je fais du mieux que je peux ... Si vous avez d'autres conseils sur comment survivre a une grosse rupture svp ne vous gênez pas car je crois personnellement que ca ne me ferait pas de tords !
Merci encore !
# 28/03/2011 à 16:46 Coli
Re-bonjour Val!

Tu fais bien de prendre ça un jour à la fois; c'est comme ça, je crois, que tu va peu à peu reprendre courage et voir des jours moins sombres.

Si tu veux des conseils de d'autres qui sont passées par là, peut-être venir nous joindre plutôt dans la rubrique "Journal personnel"... c'est là où la plupart des conversations se passent!

Au plaisir de te reparler, Coli
# 12/04/2011 à 20:11 l'émotionelle
Je trouve que c'est quand même du gachis lorsque un couple se sépare après tant d'année. Autour de chez moi, je connais un couple qui se sépare après 25 ans de vie commune car lui est coureur de jupon. IL ne pense pas au mal qui fiat autour de lui. En plus , pour lui comme pour elle, c'est la deuxième fois. IL sont une fille ensemble et elle a un garçon que lui a élevè comme son fils.

Je ne crois pas qu'on peut commettre deux fois la même erreur.
C'est vraiment domage.
Je suis vraiment atristée par cette nouvelle
# 18/04/2011 à 14:01 QUAKE
Bonjour à toutes,

Mariée depuis plus de 20 ans, nous avons décidé mon mari et moi de ne plus vivre ensemble. Il prend donc un appartement à deux pas de notre maison pour que nos grands enfants (16 et 19 ans) ne soient pas coupés de l'un ou de l'autre. Cette séparation se fait dans la sérennité pour mon mari comme pour moi car nous ressentons tous les deux le besoin de nous éloigner l'un de l'autre n'éprouvant plus d'amour mais seulement une grande tendresse ce qui n'est pas très satisfaisant dans la vie d'un couple. Ma fille ainée ne vit pas cela très bien, nous fais la tête, je la sens triste. J'ai essayé de lui expliquer ce que nous ressentions mais commme il n'y a pas de disputes elle ne comprend pas pourquoi l'on souhaite "tout casser". Mon fils semble le vivre un peu mieux. Merci de vos conseils.
# 19/04/2011 à 12:48 Fleurdépines
Bonjour Quake,


Je trouve que c’est déjà formidable d’avoir réussi à construire la barrière entre vous. Nos enfants finissent toujours par comprendre surtout lorsqu’ils se retrouvent devant les mêmes difficultés. Dès l’âge de 3 ans, mon fils avait déjà sa première petite amoureuse. Ils n’ont bien sûr pas continué leurs chemins ensemble.


Gros bisous à tout le monde,

Fleurdépines.
# 23/04/2011 à 16:16 mamylie
depuis 25 ans je vis avec un homme qui peut être très gentil et devenir horrible et violent verbalement, ces mots me font mal, j'ai décidé de partir, mais je n'ai pas d'emploi, je pense refaire une formation.
j'ai très peu d'amis, où alors dans le même cas que moi, ma famille impossible de compter dessus.
mes enfants sont grands et pensent que je suis incapable de partir, et me disent que je suis faible de supporter les insultes.
financièrement avec lui je suis a l'aise, c'est ce qui m'a retenu jusqu'ici, mais là, je me sens devenir nulle et con, comme il me répète sans arrêt.
comment s'en sortir quand on a rien.
j'ai connu la pauvreté, et ça me fait peur. Mais si je reste je vais devenir une zombie.
Répondre à ce message

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

__BM__