LE JARDIN DE MÉLYS (BLOG)

 

 

Je souhaite faire de ce blog un jardin,

où on y découvre des textes enrichissants à lire et relire, de merveilleuses images de la Nature,

des musiques et chansons qui nourrissent notre bien-être,

 tout ça accompagné de vos commentaires,

exprimant vos réflexions sur ces pages.

Mélysange

 

 

 L'emerveillement

C'est le moment privilégié où nous sommes soudain

guéris pour un instant , de nous-mêmes."

Maurice Zundel

 

Mes vacances

 

Les vacances!

Durant mes vacances cet été j'ai fait de la photo. Je me suis amusée à retrouver ce passe-temps que j'aime beaucoup. Comme vous le savez j'aime la Nature plus que tout, alors en l'explorant, je me suis amusée à '' l'immortalisée sur pellicule '', comme l'expression le disait avant l'arrivée des appareils numériques.

La photographie est un passe temps merveilleux, qui ne coûte pas cher, et qui nourrie notre créativité! Une fois l'appareil photo acheté, il n'y a plus de frais à ajouter, sauf si l'on fait développer les photos. Et aujourd'hui, pas besoin de faire développer toutes nos photos si on a un ordinateur pour les visionner. En plus, en achetant une clé USB, ce qui n'est pas cher à l'achat dépendamment de la capacité d'emmagazinage bien entendu, on peut se  promener avec  nos photos en main, et les faire visionner à nos amis et la famille possèdant un ordinateur. Ou encore, simplement connecter l'appareil photo à une télévision avec le fil usb qui vient avec l'appareil photo. On peut donc créer une activité interressante lors de nos soirées ou de nos visites chez la famille.

Je voulais vous faire partager mon attraît renouvellé pour la photographie, en vous faisant également penser que si vous possédez déjà un appareil photo, et que vous recherchez une activité et un passe-temps qui ne coûte pas cher pour nourrir votre créaivité, la potographie peut s'avérer pour vous une source bienfaisante de valorisation, de motivation et de détente! En plus, vous avez là une belle opportunité de faire des cadeaux en offrant vos photos dans divers types d'encadrements. Quoi de plus personnalisé qu'une photo rappelant de beaux moments à ceux que vous chérissez!

Passez une belle fin d'été, en vous amusant peut-être à redécouvrir la photographie!?

Avec vous,

Mélys

 

 

Lire la suite

VIVRE IMPARFAIT

 

Depuis plusieurs années, j'aime lire l'un de nos auteurs québécois Placide Gaboury, résidant de notre belle et grande région, la  Mauricie.

Voici quelques phrases entre autres, tirées de la lecture de son livre "Vivre imparfait", qui m'aide à réfléchir. J'aime écrire une phrase qui me touche sur un bout de papier, et l'apporter avec moi lors de mes promenades en solitaire, pour poser mon esprit sur ce sujet.

" Il y a en fait une grande sagesse dans notre composition physique et mentale: notre constitution limitée exige que nous nous y conformions, sans quoi c'est la débandade et la dissolution."

" C'est quand on se découvre dans sa racine et dans sa source qu'on voit tout ce que à quoi on s'identifiait-corps, pensée,drame- n'est qu'une construction entretenue par la mémoire."

" L'important, en effet, est de vivre en harmonie avec tout ce que l'on est et de ne jamais s'emballer pour un idéal irréel ou de se décourager de sa finitude humaine."

" Le besoin d'être parfait, c'est vraiment le besoin d'avoir raison. C'est l'orgueil d'être au dessus de toute leçon, de tout soupçon, de tout apprentissage. En revanche, la grâce, c'est la vie transcendante qui relie et raccorde tout, qui fait voir la belle dans la bête, la guérison dans la déchirure, la force de renaître dans une défaillance."

Bonne fin de journée! :)

Mélysange

M. le Rpintemps chante la liberté!

 

L'HYMNE AU PRINTEMPS
paroles et musique: Félix Leclerc

Les blés sont mûrs et la terre est mouillée,
Les grands labours dorment sous la gelée.
L'oiseau si beau, hier, s'est envolé;
La porte est close sur le jardin fané...

Comme un vieux râteau oublié
Sous la neige je vais hiverner,
Photos d'enfants qui courent dans les champs
Seront mes seules joies pour passer le temps;

Mes cabanes d'oiseaux sont vidées,
Le vent pleure dans ma cheminée
Mais dans mon coeur je vais composer
L'hymne au printemps pour celle qui m'a quitté.

Quand mon amie viendra par la rivière,
Au mois de mai, après le dur hiver,
Je sortirai, bras nus, dans la lumière
Et lui dirai le salut de la terre...

Vois, les fleurs ont recommencé,
Dans l'étable crient les nouveaux-nés,
Viens voir la vieille barrière rouillée
Endimanchée de toiles d'araignée:

Les bourgeons sortent de la mort,
Papillons ont des manteaux d'or,
Près du ruisseau sont alignées les fées
Et les crapauds chantent la liberté (bis)

Et les crapauds chantent la liberté!! Hé oui! M. le Printemps est arrivé, mais les crapauds sont loin encore de chanter!! Brrr il fait froid!

On a du soleil, mais le froid tient bon, M. Bonhomme Hiver n'a pas encore déménagé ses valises! J'ai hâte de voir renaître la vie sous cette neige qui cache tant de beautés n'attendant que chaleur et soleil pour revivre. L'essence de nos érables commence à couler pour le bon plaisir des amateurs de sucre. Que de beaux souvenirs j'ai en mon coeur, en repensant à mon enfance quand nous allions chez mon oncle Viateur pour ramasser l'eau d'érable, la faire boullir, puis en récompense nous nous régalions en nous sucrant le bec avec la bonne tire fraîchement faite. De belles randonnées dans la forêt, écoutant le chant du ruisseau qui dégelait, et celui de la grive qui venait d'arriver pour nous annoncer le printemps! Et puis la cueillette des p'tits chatons, ces beaux bourgeons neufs tout veloutés que maman et grand-maman aimaient bien voir dans un vase du salon. Que de beaux souvenirs haaa...!

Enfin, voilà, je fête mon cinquantième printemps! Bravo ma douce, tu as survécue à plein de printemps plus douloureux que celui-ci, et te voilà partie pour ta deuxième partie du centenaire! lol

Bon printemps à tous mes amis et copinautes du Net!

Accolade "printanière" à vous tous!

Mélys\Danielle :)

C'EST POUR VIVRE

 

 

C'EST POUR VIVRE

Interprète: Céline Dion

 



C'est pour vivre
Que le monde chante
Dans la douleur ou dans la joie
C'est pour vivre
Que le monde invente
Des chansons à chaque pas

C'est pour vivre
Que tous les poètes
Les musiciens les fous du roi
C'est pour vivre
Contre la tempête
Qu'ils nous ont prêté leur voix

C'est pour vivre
Que des gens s'exilent
Que des avions brisent leurs ailes
C'est pour vivre
Que l'on jette des billes
Dans les quatre vents du ciel

Tous ces hommes qui cherchent la rime
Et la raison du verbe aimer
Tous ces hommes qui se cherchent un hymne
Que d'autres ont déjà trouvés

C'est pour vivre
Et peupler la terre
Que de colombe en olivier
C'est pour vivre
Par dessus les guerres
Que Jérusalem est née

C'est pour vivre parmi les étoiles
Que l'homme un jour s'est envolé
C'est pour vivre parmi les étoiles
Un moment d'éternité

C'est pour vivre
Que des arbres tombent
À l'heure où naissent des enfants
C'est pour vivre
Qu'on défend ce monde
Tant que l'amour est vivant

C'est pour vivre parmi les étoiles
Que l'homme un jour s'est envolé
C'est pour vivre parmi les étoiles...

 


Je veux partager avec vous l'une de mes chansons préférées, autant pour les paroles que pour la mélodie, et les choeurs qui accompagnent la voix de Céline Dion.

Elle symbolise bien à mes yeux, tout ce que l'homme peut faire et vivre, pour vivre et survivre. Cette chanson me réconforte dans des moments plus difficiles, ou me stimule lorsque j'ai un peu le vague à l'âme, et encore m'adoucie devant certaines incompréhensions que j'éprouve lorsque j'ai de la difficulté à comprendre certains comportements qui sont parfois néfastes pour l'humain. Puissiez-vous peut-être la vivr, selon votre besoin du moment, en écoutant cette merveilleuse chanson.

Incapable de mettre le vidéo sur cette page, je vous mets le lien afin que vous puissiez l'écouter :  http://www.paroles.net/chanson/12062.1 

Bon dimanche en vos coeurs!

Mélys :)

CE QUI NE NOUS TUE PAS

 

Ce qui ne nous tue pas...

Même après les douleurs, les larmes et les pleurs
Après les silences, les coups dans le cœur,
La peur qui s'avance après les erreurs
Il reste une chance, un peu de bonheur

Même après avoir pris un mauvais départ
Après avoir dit que tout est trop tard,
Que l'on vit sa vie sans trop la vouloir,
Il reste l'envie d'un nouvel espoir

{Refrain:}
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts
La vie est un combat, un corps à corps,
Mais au bout de nos doigts, il y a de l'or,
La couronne d'un roi, et plus encore
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts
Même s'il nous faut parfois être en dehors
De la table des rois, se dire qu'alors
Il nous reste le choix d'aimer encore

Même après avoir vu dans les yeux de l'autre
Un amour déçu, les peines et les fautes,
Après avoir dit que tout est trop tard
Il reste l'envie d'un nouveau départ

Même si l'on ne croit plus que la chance arrive
Parce qu'on s'est perdu sur une autre rive,
Parce qu'on a choisi le mauvais parcours,
Il reste l'envie de trouver l'amour

{au Refrain}

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts
Sous chacun de nos pas dort un trésor
Quand après les combats, après l'effort,
il nous reste le choix d'aimer encore
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts
même s'il nous faut parfois être en dehors
De la table des rois, se dire qu'alors
il nous reste le choix d'aimer encore

Ce qui ne nous tue pas...


"Il nous reste le choix d'aimer encore"...

Choisir d'aimer même après la souffrance, 

c'est ajouter la douce empreinte de notre passage sur terre, 

dans le coeur des gens qui nous sont chers.

Mais où ce situe la limite de "ce qui ne tue pas" ?

Cette limite on la sent quand on la vit.

On la sent nous transpercer,

quand on entend tout notre être nous crier ça suffit!

Et c'est là, qu'il nous est offert de vivre,

choisissant l'humilité et le courage comme alliés,

afin d' aimer malgré les souffrances passées.

Mélys

CE JARDIN LÀ...

 

 

Ce jardin là

Il était une fois un grand jardin, le grand jardin de ma vie. Il avait jailli, un jour d’hiver, au détour d’une rencontre.
Le papa jardin et la maman jardin avaient fait ce qu’ils croyaient le mieux à faire pour ce petit jardin inattendu. Ils lui donnèrent de l’engrais, lui apportèrent leur présence, lui proposèrent leurs attentes et leurs demandes. Ils surveillaient jalousement les pousses. Si d’aventure quelque herbe folle poussait là, elle était aussitôt arrachée.

Il fallait que tout pousse droit. Sinon, que diraient « les autres » ?  Peu de mots étaient échangés. Pour ces parents là, il n’était pas nécessaire de parler, d’exprimer. Ils avaient la croyance que tout se vit en silence, à l’intérieur, à l’abri de « l’extérieur ». Et le petit jardin avait grandi, comme cela, sans poser de questions, en jardin obéissant, sans repères, sans mots pour se dire, sans être entendu.

Plus tard, devenu grand, le jardin rencontra un jardinier extraordinaire qui avait dans son sac de fabuleux outils. Ces outils s’appelaient :


- oser se dire,
- oser dire non,
- oser recevoir,
- oser demander,
- se relier à soi,
- se relier aux autres,
- se relier à son histoire,
- utiliser les symbolisations,
- ne pas vouloir agir sur l’autre,
- agir à son bout de la relation,
- et d’autres encore...


Enfin le jardin sentit la vie venir en lui, belle, possible. Dans sa terre, il retrouva ses demandes jamais dites, ses désirs jamais dits, ses besoins. Il entendit, derrière les souffrances, les blessures encore ouvertes. C’était tout cela qui faisait mal, qui empêchait les racines d’aller plus loin, vers l’eau, vers la vie.

Les choses changèrent quand le jardin s’autorisa enfin à être « l’auteur » de sa vie... Des fontaines jaillirent et arrosèrent la terre. Cette terre pouvait enfin laisser venir en elle un autre regard, d’autres possibles...

Avec, au plus profond du coeur de ce jardin, une infinie tendresse, claire comme l’eau de la fontaine au printemps, lumineuse comme le soleil d’été, chaude comme l’amour offert une nuit d’hiver, légère comme un vent d’automne quand le soir tombe, une douce tendresse pour le jardinier de la vie.

Auteur anonyme

SOURCE:http://www.etfleurlavie.com

L'ESCALIER de Paul Piché

L'ESCALIER
Paroles et musique: Paul Piché

Juste avant d' fermer la porte
J' me d'mandais c' que j'oubliais
J'ai touché à toutes mes poches
Pour comprendre que c' qui m' manquait
C'était ni ma guitare
Ni un quelconque médicament
Pour soulager quelque souffrance
Ou pour faire passer le temps
Pis tout au long de l'escalier
Que j'ai descendu lentement
Parce que sans raison j'aurais r'monté
Parce que sans raison j'allais devant
J'étais tout à l'envers
Parce que c' qui manquait
C'était par en-dedans
J' me sentais seul comme une rivière
Abandonnée par des enfants

Et pis le temps prenait son temps
Prenait le mien sur son chemin
Sans s'arrêter, sans m'oublier
Sans oublier de m'essouffler
Y a pas longtemps j'étais petit
Me voilà jeune et plutôt grand
Assez pour voir qu'on vieillit
Même en amour, même au printemps
Alors voilà que je me décris
Dans une drôle de position
Les yeux pochés et le bedon
La bière sera pas la solution
J'aimerais plutôt que cette chanson
Puisque c'est de ma vie qu'il est question
Finisse un soir dans ma maison
Sur un bel air d'accordéon

Pis les enfants c'est pas vraiment vraiment méchant
Ça peut mal faire, ou faire mal de temps en temps
Ça peut cracher, ça peut mentir, ça peut voler
Au fond, ça peut faire tout c' qu'on leur apprend

Mais une belle fin à cette chanson
M'impose de dire c' que j'aurais dit
Si j'avais pas changé d'avis
Sur le pourquoi de mes ennuis
Ben oui, j'allais pour me sauver
Vous dire comment faut être indépendant
Des sentiments ce ceux qu'on aime
Pour sauver l' monde de ses problèmes
Qu'y fallait surtout pas pleurer
Qu'à l'autre chanson j' m'étais trompé
Comme si l'amour pouvait m'empêcher
D' donner mon temps aux pauvres gens
Mais les héros c'est pas gratis
Ça s' trompe jamais, c't'indépendant
La gloire paie pour les sacrifices
Le pouvoir soulage les tourments
Ben oui, c'est vous qui auriez pleuré
Avec c' que j'aurais composé
C'est une manière de s' faire aimer
Quand ceux qu'on aime veulent pas marcher
J' les ai bouclés, y ont pas mordu
J' les ai quittés, y ont pas bougé
J' me suis fait peur, j' me suis tordu
Quand j'ai compris ben chu r'venu

Quand j'ai compris que j' faisais
Un très très grand détour
Pour aboutir seul dans un escalier
J' vous apprends rien quand j' dis
Qu'on est rien sans amour
Pour aider l' monde faut savoir être aimé


Merci à l'un de nos meilleurs auteurs québécois pour cette merveilleuse chanson, dont j'essairai d'avoir le mp3 pour vous la faire connaître, si vous ne l'avez jamais entendue. Cette chanson là parle dans mon coeur. Dans certains passages elle me rappelle une partie de ma vie, où je donnais du temps sans compter, mais où j'oubliais, que pour aimer faut savoir s'aimer, ce qui n'empêche en rien bien au contraire, d'aider et de donner.

Bonne St-Valentin en chacun de vos coeurs, peu importe sur quelle marche vous êtes assis sur l'escalier de votre vie!

Mélysange\Danielle

SURVIE DE L'HUMANITÉ

 

Agis donc de telle sorte que tu traites l'humanité, aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre, toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen.

Emmanuel Kant, 1724-1804, philosophe allemand.

Cette simple phrase, écrite et pensée il y a plus d'un siècle, démontre bien  que nous avons besoin  d'entendre  et réentendre, de lire et relire, ce qui convient à notre bien-être à tous et ce, pour le développement et la survie de l'Hmanité entière. 

On parle beaucoup de la Terre qui est en danger, pourtant elle a survécue à bien des changements. À mes yeux, c'est beaucoup plus la race humaine qui voit sa survie en péril présentment.  La Terre nous accueille en son sein, et sera là, même après la  suite de résultats de la bétise humaine.

Il  suffirait pourtant simplement, que nous choisissions  de vivre l'Essentiel; exprimer la bonté qui nous habite, et faire taire en soi, la peur qui guide nos pensées, nos paroles et nos actes.

Essayons une journée, et observons les résultats.

Bonne journée à nous tous humains!

Mélys

Je suis

Je suis

Je ne suis ni mes pensées,
ni mes émotions,
ni mes perceptions sensorielles,
ni mes expériences.

Je ne suis pas le contenu de ma vie.
Je suis l'espace dans lequel tout se produit.
Je suis la conscience.
Je suis le Présent.
Je suis.

Eckhart Tolle


 "Je suis l'espace dans lequel tout se produit."

Quelle façon claire et limpide, d'exprimer en mots l'être. Cette phrase est un outil précieux, pour devenir témoin de ce qui se vit en moi, et non l'esclave des pensées, des émotions et des expériences.   

Mélys

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site